Devenir géobiologue professionnel

Vous envisagez de vous former à la géobiologie, et éventuellement en faire votre métier. Ce n’est pas un changement anodin, vous hésitez encore avant de vous lancer dans ce projet et voulez être sûr de votre choix? C’est tout à fait légitime. Voilà quelques informations précisant à quoi vous attendre si vous choisissez cette voie.

Nous serons alors heureux de vous accueillir dans le Réseau Géobios!

L'École Française de Géobiologie,
n°1 de la géobiologie scientifique
2022-2023: seizième promotion en cours

A chacun son projet

Certains élèves de l’École Française de Géobiologie suivent uniquement la formation de base en 7 modules pour leur culture et leur curiosité personnelle ou pour venir enrichir leur pratique professionnelle existante. De nombreux autres complètent la formation initiale avec 3 modules complémentaires pour exercer la géobiologie en complément de leur activité principale voire effectuer une reconversion complète vers le métier de géobiologue.

Enrichir une pratique professionnelle existante

Il existe des métiers ou des secteurs d’activités qui sont particulièrement concernés par les géobiologie. Le cursus complet de l’École Française de géobiologie permet de répondre à des problématiques professionnelles en pleine émergence et amener un nouvel éclairage dans ces secteurs.

Ainsi, dans un parcours tout à fait cohérent de nombreux architectes, professionnels du bâtiment (électriciens, maîtres d’œuvre…) agriculteurs, soignants, thérapeutes et médecins viennent se former à l’Ecole Française de Géobiologie. Ils conservent ensuite leur métier principal, mais l’enrichissent d’un nouveau point de vue pour tenter de  solutionner certains problèmes récurrents rencontrés dans leur activité.

Se reconvertir

De nombreux élèves envisagent la pratique professionnelle de la géobiologie en complément de leur activité initiale (quelle qu’elle soit), ou en remplacement total dans le cadre d’une reconversion.

Une certification de géobiologue professionnel, comme celle de L’École Française de Géobiologie, peut être acquise en moins d’une année de formation, mais soyons clairs, il faut plusieurs années de pratique sérieuse et soutenue pour prétendre approcher un niveau très satisfaisant.

Nous sommes régulièrement témoins de belles réussites de reconversion avec les plus motivés, les plus rigoureux et assidus en pratique!

L'investissement à réaliser pour l'équipement matériel

Acquérir une antenne de Lecher

La première acquisition du géobiologue doit être l’antenne de Lecher. Étant l’outil clé du géobiologue, les élèves sont souvent tentés de l’acquérir avant le début de la formation.

Mais le risque est double:

  • Acheter une antenne de mauvaise qualité,
  • Prendre de mauvaises habitudes de manipulation en s’entraînant seul avant la formation, habitudes dont vous aurez peut-être du mal à vous défaire.

C’est pourquoi nous vous proposons d’acquérir votre antenne lors du premier module de formation. Vous accéderez ainsi à un outil de qualité à un prix de groupe avantageux.

Quel budget faut-il prévoir pour l'équipement?

En plus de l’antenne de Lecher, le géobiologue qui souhaiterait en faire son métier doit acquérir du matériel qui a un coût non négligeable, comme tout professionnel qui lance son activité.

Il s’agit notamment des outils de détection et de mesure, du matériel pour expertiser un terrain (piquets, mètres à rubans…), des fournitures pour réaliser les plans…

Au total, il faut prévoir une enveloppe de 2000€ à 2500€ environ pour acquérir le matériel qui vous sera nécessaire à la pratique de la géobiologie. Ce montant est donné à titre indicatif pour exercer votre futur métier de géobiologue dans de bonnes conditions, à aucun moment votre inscription à notre formation vous engage sur cette acquisition.

Nous pourrons vous conseiller pour accéder au meilleur rapport qualité/prix et vous faire bénéficier de tarifs de groupe sur de nombreux outils.

L'expertise géobiologique: une pratique de "haut-niveau"

Nos formations en géobiologie ont évidemment un contenu technique théorique et pratique important. Mais elles portent aussi au développement et à l’évolution personnelle de manière très importante. Chacun vient se former pour des raisons parfois différentes, mais personne ne sort jamais «indemne» de cette formation: une véritable transformation! La vision de la vie et de notre environnement que nous donne la géobiologie est souvent fort différente de celle qu’on avait avant.

On développe donc à la fois le côté analyse, le côté expertise, et en même temps, un côté sensitif. Il s’agit de savoir utiliser de manière équilibrée notre cerveau gauche et notre cerveau droit dans notre appréhension du monde et plus particulièrement d’un lieu.

En ce sens, le géobiologue professionnel peur être considéré comme un “expert +”, le plus étant l’intégration des aspects humains, transversaux et holistiques de la discipline. L’exercice de l’expertise géobiologique en mode professionnel, est engageante physiquement, énergétiquement et nerveusement

Une journée d’expertise professionnelle in situ (seul mode de pratique acceptable car suffisamment fiable à l’expérience) mobilise, mental / physique, cerveau gauche / cerveau droit, énergie / réceptivité, de manière forte, continue et alternée. C’est une pratique de “haut niveau”, qui nécessite une préparation et un entretien spécifique, ainsi qu’en prime, un grand sens de l’Humain.

Peut-on vivre de son activité de géobiologue?

Comme tous les métiers d’indépendants, et particulièrement dans un secteur méconnu comme la géobiologie, il serait malhonnête de vous faire croire que vous réussirez rapidement à en vivre; et à en vivre confortablement.

Votre popularité et votre réseau se développeront avec le temps. Rien de tel que le bouche-à-oreille dans un secteur aussi sensible et fondamental que la géobiologie. Plus vous réaliserez d’expertises géobiologiques, plus vos clients seront susceptibles de parler de vous à leur entourage. Bien sûr pour cela il faut qu’ils soient satisfaits de votre intervention.

Notre rôle est de vous donner un solide bagage théorique, mais aussi une pratique intensive avec des retours variés de professionnels (notre équipe pédagogique est composée de 25 intervenants, tous géobiologues mais également experts dans des domaines voisins: radioactivité, bioélectricité, écohabitat…).

Par ailleurs, nous vous transmettons un protocole exigeant d’expertise géobiologique. Ce protocole vous donne un canevas pour procéder méthodiquement et avec exhaustivité.

Votre efficacité se développera elle aussi avec le temps. Plus vous pratiquerez, plus vous serez rapide, précis et efficace. La rentabilité de votre activité professionnelle dépendra en partie de ce facteur d’efficacité:

Nous vous conseillerons une grille de tarif basée sur la superficie du bien à expertiser. Ainsi une personne qui fait appel à un géobiologue bénéficiera toujours du même tarif, que le géobiologue soit rapide/expérimenté ou débutant. Plus vous gagnerez en efficacité et en rapidité, plus votre taux horaire augmentera: c’est à dire qu’il vous faudra moins de temps pour expertiser une même superficie.

En plus de vos talents et de votre expérience de praticien, la réussite et la rentabilité de votre projet professionnel en tant que géobiologue dépendra de votre capacité à appréhender votre projet de façon professionnelle: organisation, analyse, recul et prise de décision, rigueur…

Nous pouvons vous accompagner pour aller plus loin dans la pratique de la géobiologie, ainsi que sur ces problématiques de “mise en marché” et de stratégie d’entreprise à travers le Réseau Géobios.

Vidéos "Devenir géobiologue"

Interview d'Alain de Luzan sur le métier de géobiologue

Pourriez-vous décrire votre métier?

Notre métier consiste à mettre les occupants d’un lieu en sécurité grâce à une expertise fouillée de leur domicile, de leur bureau ou d’un Terrain à bâtir dans le cadre d’un projet de construction.
Nous veillons en particulier à ce qu’ils séjournent sur des emplacements sans danger en provenance du sous-sol (radiations, radon 222, réseaux géobiologiques) et qu’ils ne soient pas exposés à des ondes électromagnétiques d’origine artificielle (lignes Haute Tension, antennes relais, pollutions intérieures résultant de l’équipement électrique telles que radioréveils, fours à micro-ondes, modems, ordinateurs etc.)

Notre niveau de responsabilité est celui de toute profession libérale en charge de la santé. Il n’est pas souhaitable de laisser un malade grave en zone perturbée, au risque que sa maladie s’aggrave.

Pourquoi aimez-vous votre métier?

La première gratification est celle des résultats que nous obtenons là où la médecine a échoué. Les meilleurs spécialistes ne pouvant obtenir des résultats durables si leur patient passe le tiers de sa vie (dans son lit) sur une zone perturbée et, pire, si son siège de bureau est également mal placé. Les résultats obtenus auprès de malades graves constituent un encouragement sans pareil et sont très gratifiants.

Le deuxième intérêt du travail réside dans les contacts humains et leur diversité car ces prestations concernent toutes les milieux de notre société. Nous sommes amenés, à chaque intervention à découvrir des univers très variés, de nouveaux décors, une problématique différente. Les multiples contacts humains, la diversité des lieux examinés et les déplacements tous azimuts excluent toute routine. Chaque cas est spécifique. Il nécessite écoute et adaptation.

Quels sont les côtés négatifs?

Nous devons nous rendre chez nos clients. Le temps du déplacement s’ajoute au temps de l’expertise et les journées sont parfois longues. Le géobiologue se rend sur les lieux à expertiser (habitations, bureaux, entreprises, châteaux viticoles etc.). Le temps de trajet peut varier d’une demi-heure à deux jours aller-retour car un client convaincu peut demander une expertise de sa résidence secondaire ou d’une résidence de ses proches.
D’autre part, le temps nécessaire à la réalisation d’une expertise est d’environ huit heures pour 100 m2 habitables.

Chaque géobiologue est libre de s’organiser comme il l’entend. Cependant, les clients actifs apprécient que les interventions se fassent le lundi ou le mercredi ou le samedi en fonction de leurs jours de récupération. Ainsi, ils n’ont pas à déposer une demande de congé pour être présents durant l’expertise.
Lorsque le géobiologue est connu et reconnu, certains clients peuvent lui faire confiance en lui ouvrant leur porte le matin et les laisser seuls à leur domicile quitte à récupérer le résultat de leur travail en fin de journée, de retour du travail.
Les retraités sont plus solvables et plus disponibles mais aussi les plus demandeurs compte tenu d’une santé dégradée avec l’âge. Ils pourront être traités les autres jours.

Travaillez-vous en autonomie? Ou avec d'autres corps de métiers?

Un travail d'équipe est possible

Au départ, un travail d’équipe est possible: une personne prend les mesures des pièces et localise les réseaux géobiologiques avec précision, tandis que l’autre réalise le plan et passe les réseaux et les veines d’eau en couleur.
Une fois rôdé, le géobiologue met en place des automatismes qui lui permettent d’aller plus vite. Il y gagne également en souplesse pour la planification de ses interventions puisqu’il n’a plus deux emplois du temps à concilier.
Un carnet de commande mieux rempli, des expertises de surfaces plus importantes.
Puis, après quelques années de pratique, des possibilités d’enseignement peuvent apparaître, au sein de L’École Française de Géobiologie pour les meilleurs éléments.

Une collaboration avec d'autres corps de métier

Nous avons des comptes à rendre à nos prescripteurs dans 30 % des cas (médecins homéopathes notamment) et travaillons en concertation avec l’architecte dans le cas d’une expertise de terrain à bâtir (10 à 15 % des cas).

Vous arrive-t-il d'intervenir sur des projets hors de votre département? Si oui dans quel rayon intervenez-vous?

Pour ma part, en Gironde (65 %), ailleurs en Aquitaine (20 %), ailleurs en France (10 %), à l’étranger (5 %).

Quelle est la formation du géobiologue?

La meilleure formation est celle que nous dispensons au sein de L’École Française de Géobiologie. C’est le produit de trente ans d’expérience et de formations reçues auprès de nombreux auteurs de livres en France, en Belgique et en Suisse.

Des parcours très différents

Auparavant, j’ai fait des études d’ingénieur systèmes (informatique), d’autres géobiologues du Réseau GÉOBIOS sont issus du bâtiment, de l’architecture, de la médecine et des professions paramédicales. D’autres enfin sont étudiants, retraités ou demandeurs d’emploi.
Une expérience professionnelle dans le domaine de la santé, de l’architecture ou du bâtiment constitue un plus mais n’est pas exigée.

La motivation prime sur la formation

La motivation prime sur toute formation ou diplôme. Dès lors que la sensibilité personnelle entre en jeu, le niveau de formation est accessoire.

Il est cependant préférable d’être capable de précision dans la réalisation des plans et des relevés et avoir une aptitude à la communication pour expliquer ce que l’on fait et pour formuler des préconisations.
Un baccalauréat scientifique est préférable mais nullement indispensable.
Les diplômés de l’enseignement supérieur sont mieux préparés à la communication orale et écrite. Peu importe la spécialité.

Une bonne sensibilité

En revanche, il est très utile d’avoir des réactions à l’antenne de Lecher. Or cet outil réglé successivement sur différentes longueurs d’ondes réagit d’autant mieux dans les mains de l’opérateur que celui-ci dispose d’un bon influx nerveux. L’expérience montre que les élèves ayant pratiqué les arts martiaux ou l’athlétisme sont mieux préparés à l’exercice de la géobiologie.

Quelles sont ses qualités et ses compétences?

Energie, concentration, rigueur, empathie, honnêteté, endurance physique et mentale sont les maîtres mots du géobiologue professionnel.
Pour bien exercer son métier, le géobiologue doit:

  • Assimiler les point-clés de la physique du globe et des ondes électromagnétiques naturelles ou ou d’origine artificielle,
  • Maîtrise l’antenne de Lecher,
  • Savoir réaliser des plans précis à l’échelle,
  • En complément, la maîtrise des outils bureautiques tels que Word, power point et la messagerie électronique permettent d’animer des conférences et de rédiger et transmettre des comptes-rendus.

Voyez-vous une évolution de votre métier, et dans quel sens?

Dans son parcours individuel, tout géobiologue qui obtient des résultats voit son rayon d’action s’étendre et sa clientèle s’élargir aux entreprises.

Par ailleurs, le métier de géobiologue est en très forte progression. Notre école a connu une forte progression ces dernières années, preuve de l’engouement général pour cette discipline.

La mauvaise presse des lignes à Haute tension, les problèmes posés par les antennes relais et la floraison de maladies dites de civilisation, qui s’ajoutent à l’hyper-électrosensibilité (5 % de la population) amènent une part croissante de la population à vouloir se prendre en charge.

La télévision s’intéresse de plus en plus au sujet (plusieurs émissions sur M6 telles que « expériences extraordinaires »), la presse magazine également (magazine « inexploré ») et les esprits s’ouvrent.

Quelle est la rémunération moyenne du géobiologue?

Un débutant ne dispose d’aucune référence. Il lui est donc difficile d’obtenir plus de deux expertises par mois, à moins d’un réseau relationnel conséquent.
Aussi, il est souhaitable de pratiquer la géobiologie en complément d’un métier alimentaire durant les six premiers mois au moins.
A partir de dix-huit mois, un géobiologue qui distribue des tracts ou passe des annonces et/ou anime des conférences peut réaliser quatre à cinq expertises par mois d’un montant de 450 Euros HT en moyenne, soit 2000 € HT de chiffre d’affaire mensuel.
De ces sommes, il convient de déduire les frais de déplacements (même si en principe ils viennent en supplément des honoraires), les charges sociales et fiscales et l’amortissement du matériel (environ 3500 €) qui impactent également la rentabilité nette.
Au-delà de cinq années d’exercice, un géobiologue persévérant et proactif peut multiplier ce chiffre par trois, voire plus.

Quels conseils donneriez-vous pour évoluer dans ce métier?

Commencer par suivre une solide formation car le succès dans ce métier dépend directement des résultats obtenus (bouche à oreille). Il est bon d’être dans le Réseau GÉOBIOS pour revendiquer un label, et ainsi rassurer les clients, intégrer une dynamique de groupe et profiter de conseils et de soutien.

Cela vient en complément de l’implication individuel dans le développement de son réseau et de sa réputation. Cette implication personnelle est fondamentale.

Les expertises géobiologiques arrivent le plus souvent par bouche à oreille. Acquérir la confiance d’un médecin ou d’un thérapeute entraîne une prescription de leur part. Plus le prescripteur est connu et apprécié, plus le géobiologue qui a fait ses preuves est prescrit. Un prescripteur déçu n’envoie plus de patient. Un prescripteur médecin qui enregistre de bons retours suite à votre intervention peut vous en envoyer des dizaines, voire des centaines.

Au-delà, c’est en forgeant que l’on devient forgeron.  Il faut donc se lancer le plus rapidement possible en intervenant auprès de sa famille ou de ses amis. Cela permet de maîtriser progressivement les différentes étapes de l’expertise et d’acquérir une certaine confiance en soi.