Par Alain de LUZAN, Président fondateur du Groupe GÉOBIOS et géobiologue depuis 1988

Les « maisons à cancer » sont extrêmement rares…

maisons-a-cancer

Le langage populaire s’est emparé de la formule “maisons à cancer”, constatant que différentes personnes ayant habité une même maison ont contracté cette maladie. En réalité, seuls certains emplacements précis, dont le diamètre varie le plus souvent entre 20 centimètres et 1,50 mètre, peuvent effectivement être qualifiés de « zone cancer ». Un dormeur peut être couché sur une zone radiative tandis que son conjoint qui dort à ses côtés est en zone neutre.

…Mais il existe des zones cancer

très localisées en plusieurs endroits de chaque maison

Autant les «maisons à cancer» sont rares, autant il existe des zones cancer très localisées en plusieurs endroits de chaque maison. Soyez à l’écoute de votre ressenti. Si des douleurs vous réveillent la nuit, si vous réveillez épuisé(e), déplacez votre lit ou dormez dans une autre chambre quand c’est possible. Si on m’accordait le droit de donner une seule recommandation officielle, voici celle que je donnerais : On devrait informer chaque personne atteinte de cancer qu’elle ne doit jamais plus, ni elle ni personne, dormir au même emplacement. Cette seule mesure ferait économiser des milliards à la Sécurité Sociale. Cela représenterait donc moins de charges pour les entreprises et donc, plus de capacité à recruter.

maisons a cancer
Vous en doutez ? N’avez-vous pas constaté, au cours de votre vie, qu’en dormant ailleurs, des douleurs chroniques disparaissaient au moins momentanément et que la qualité de votre sommeil était très différente?

Des cancers à répétition : l’hérédité en question

L’emplacement des portes, des fenêtres, des radiateurs, des placards, l’implantation des prises électriques, voire des appliques murales, incitent des occupants successifs à placer leur lit au même endroit que l’occupant précédent. En ce sens, un héritier peut contracter un cancer au même emplacement qu’un parent décédé. De là à prétendre que c’est héréditaire, cette affirmation reste à prouver. Les mêmes cofacteurs s’appliquant alors, le nouvel occupant risque fort de connaître la même mésaventure. Et tout portera à croire à une prédisposition héréditaire. Pourtant, d’autres membres de la fratrie, porteurs des mêmes gènes mais résidant ailleurs, ne développeront pas nécessairement la maladie.
De sorte qu’il est préférable de se renseigner non seulement sur l’état de santé de celui qui nous a précédés dans un logement, mais également de savoir à quelle place précise il dormait, si nous apprenons qu’il était gravement malade. Dans ce cas, il sera préférable de placer son lit à un autre endroit, quitte à le décaler de 50 centimètres par rapport à la zone suspecte, ou de positionner son lit en appui sur une autre cloison si vous devez utiliser la même chambre.

Peu de “maisons à cancer” : Le déménagement n’est que très rarement l’unique solution

maison à cancerEn 30 ans, il ne m’est arrivé que 7 fois de conseiller à mes clients de déménager. Je me souviens, en particulier, d’un immeuble bâti sur un cours d’eau de 16 mètres de large, à Bordeaux. De tels cours d’eau, auparavant à l’air libre, ont été canalisés et recouverts : Le Peugue, la Devèze, le Caudéran, l’Audège, le Marsan, le Limancet, pour ne citer que les principaux. Cet immeuble était construit sur l’Audège, sans que l’on puisse s’en douter. Eh bien, tous les occupants, des locataires principalement, n’y restaient pas plus de trois ans. Sans se l’expliquer, ils se sentaient mal dans cet immeuble, au point que déménager leur venait vite à l’idée. Une occupation de plus de se soldait par une issue tragique.

Alain de Luzan

En réalité, des solutions (zones “neutres” où placer un lit ou un siège de bureau) existent dans l’immense majorité des cas, même quand « les chambres sont petites ». Un géobiologue professionnel rigoureux vous fera un plan à l’échelle sur lequel les perturbations seront localisées et de ce fait, évitables.

Faire appel à un géobiologue

Liens entre Géobiologie et Cancer du sein