En 2018, le Docteur Ali KHOUJA a suivi les formations à la géobiologie de L'École Française de Géobiologie. Alain de Luzan, Président fondateur de L'E.F.G. et du Groupe GÉOBIOS, partage sa vision d'une santé alternative pour permettre au plus grand nombre de préserver leur énergie vitale de façon autonome. En cette période de crise sanitaire sans précédent, Alain de Luzan a voulu offrir au Docteur Khouja une tribune en publiant des articles compilant ses découvertes et conseils santé.

Le docteur KHOUJA est un médecin tunisien qui s'est affranchi peu à peu de la médecine allopathique conventionnelle pour s'ouvrir à des techniques de santé alternatives : Nutrition et nutrithérapie, diététique qualitative, Bioélectronique de Vincent (BEV), médecine quantique, géobiologie, macronutrition...

Parcours d’un médecin engagé

Ali KHOUJA est né le 6 février 1955, à la médina de Tunis, dans une famille traditionnelle où il reçoit une éducation conformiste et respectueuse des valeurs socioculturelles : les études, le travail, l’éthique, etc.
Bachelier en juin 1974, il participe au concours national d’entrée à la faculté de médecine de Tunis, où il est reçu 21ème pour une liste de 150 admis ; il poursuit alors avec enthousiasme ses études.

C’est la belle époque de la médecine allopathique où rien ne semble pouvoir résister à cette dernière. On contrôle la polio et la tuberculose, on ne meurt plus d’appendicite et on opère le cœur.

Une fois diplômé, et après une courte période dans la libre pratique, il intègre, en 1988, la santé publique, et fait le médecin de première ligne, à l’intérieur du pays, pendant une douzaine d’années, jusqu’à l’an 2000.

Sensibilisé par les fléaux morbides émergents, aux incidences progressivement croissantes, il se rend compte que la médecine officielle suit une logique de médecine standardisée, curative de maladie, où le patient est victime et assisté.

Alors que la médecine devrait suivre une logique de médecine personnalisée, préventive et de santé, où le patient, jouant un rôle actif, serait responsable de ce qui lui arrive et resterait souverain de sa santé.

De plus, la médecine officielle, devenant de plus en plus instrumentale, invasive et coûteuse, avec des aléas et des limites d’efficacité connus de plus en plus du grand public, perd petit à petit son assise sociale.

Ali KHOUJA se remet alors en question pour avoir accès à de nouvelles possibilités thérapeutiques qui seraient efficaces, défiant ainsi les croyances figées et les jugements réducteurs gratuits. A la recherche d’une solution, il s’inscrit en chaire de nutrition et nutrithérapie à la faculté libre de médecines naturelles de Paris.
Pour valider son diplôme, il rédige un laborieux ouvrage qu’il intitule : « L’aliment au-delà du convenu… ». Le directeur pédagogique, Dr WILLEM, le qualifie de: « …petit chef-d’œuvre, qui mérite de devenir un livre. »

Pour être opérationnel dans le malaise croissant que vit le citoyen, Ali KHOUJA fonde, en mars 2004, l’association Tunisienne de Macrobiotique (As.Tu.Ma.), où il valorise les médecines alternatives, entre autres la diététique qualitative proposée par le Docteur Jean SEIGNALET.
Début 2007, se trouvant dans une ambiance de travail hostile au renouveau, il se retire décemment de l’hôpital, mais à contre cœur, assumant ainsi ses convictions avec courage, et sauvegardant son intégrité personnelle.

La souffrance étant la mère de la création, il cultive son jardin secret en se consacrant à sa passion de toujours : rechercher la cause première de la maladie.

Pourquoi est-ce que l’on tombe malade ?

La réponse nécessite l’intégration de la logique de la santé dans la logique universelle du monde où nous vivons. C’est l’approche globale de la santé, dégagée des ornières et des œillères de la spécialisation.

En octobre 2011, Ali KHOUJA, en autodidacte, met sur pied un enseignement de médecine anthroposophique, qui intègre la composante immatérielle de l’être humain, support de l’énergie vitale.

En 2014, il bénéficie d’une formation en bioélectronique Vincent (BEV) au Mans (France), et il équipe l’association du Consort 3000 qui permet l’analyse BEV.

En 2016, il bénéficie d’une formation en médecine quantique à Genève (Suisse), et il équipe l’association du Biospect pro qui permet l’exploration du corps énergétique.

En 2017-2018, il bénéficie, à Paris, d’une formation en géobiologie, donnée par L'Ecole Française de Géobiologie.

Dès l’année universitaire 2018-2019, il introduit un module de géobiologie dans son programme d’enseignement.

En janvier 2020, en collaboration avec l’organisation italienne Casa Delle Erbe, il fonde La Maison des herbes à La Soukra, pour la valorisation culinaire des herbes spontanées.

Pour endiguer la marée galopante de la maladie à notre époque moderne, ce médecin hospitalo-sanitaire dirige une consultation avec une approche holistique intégrant des méthodes naturelles, peu coûteuses et non invasives.
Sorti des sentiers battus et rebattus, il trouve un chemin semé d’embûches…

Ali KHOUJA est marié, et père de 3 garçons.
Il est président de l’association qu’il a fondée en 2004 (l’Association Tunisienne de Macrobiotique), qu’il gère à plein temps depuis 2015, année de sa retraite officielle de la fonction publique.