agression geobiologiePar Alain de Luzan

Les failles souterraines constituent l’agression la plus forte en géobiologie. En géobiologie, on parlera plutôt de « discontinuités » du sous-sol. Il s’agit le plus souvent de fissures dont l’ouverture peut aller de quelques centimètres à quelques dizaines de centimètres.

agression geobiologieAgression géobiologie : des effets visibles à l’oeil nu

Ces agressions géobiologiques sont généralement visibles à la surface du sol à travers leurs effets : un mur ou un carrelage fendu, une haie trouée, un manque d’écorce sur le flanc d’un arbre. Ces fractures du sous-sol, même comblées par des alluvions ou un matériau plus meuble, canalisent des radiations ionisantes.

Des passages de moindre résistance pour le rayonnement gamma et des canaux pour les gaz radioactifs

Malgré leur étroitesse, elles constituent des passages de moindre résistance pour le rayonnement gamma qui fuse du « manteau » de la Terre. Dans ce manteau s’exercent des mouvements de convection de roches en fusion, comme celles qui s’échappent des volcans sous forme de lave à plus de 1 000 degrés Celsius. Les « failles » canalisent également des gaz radioactifs qui proviennent de roches émissives (granit) et de la décomposition du radium ou de l’actinium contenus dans le sol (radon 222 et actinon).

Des failles resserrées au dessus cours d’eau souterrains

Il faut comprendre que, contrairement aux eaux de surface qui creusent le sol et constituent un fossé plus large qu’elles, il en va différemment des failles creusées par les eaux souterraines. En sous-sol, une faille se resserre plus ou moins au-dessus du cours d’eau souterrain. A l’origine, des veines d’eau de ruissellement étroites on creusé un sillon suffisamment profond à un moment donné pour que ses berges se referment dessus. Ainsi, les veines d’eau souterraines creusant parfois depuis des millénaires, ont une largeur de 60 à 120 centimètres le plus souvent.

• Lorsque cette « faille » est verticale, le rayonnement gamma qui fuse à travers ce passage de moindre résistance ressort entre les deux rives du cours d’eau en question.

• Si la « faille » est oblique, le rayonnement gamma sortira dans le prolongement des rives souterraines et ce décalage augmentera au fur et à mesure que l’on monte dans les étages.
Ceci explique qu’une fissure sur un mur, occasionnée par un arrachage de matière dû au rayonnement ionisant gamma, peut être verticale ou oblique.

Exemples de failles :

agression geobiologie

Impact de cette agression géobiologie sur la santé

Les discontinuités du sous-sol canalisent le rayonnement gamma qui fuse des entrailles de la Terre. Ce rayonnement ionisant s’ajoute parfois à l’impact d’un cours d’eau souterrain.

Des émanations de gaz radioactif Radon 222 peuvent en outre s’infiltrer, notamment en provenance des sous-sols granitiques.

Certains cas de stérilité s’expliquent par l’exposition au rayonnement gamma d’un ovule fécondé. Le déplacement d’un lit en zone neutre peut alors permettre une grossesse (lire aussi : la géobiologie, une des causes d’infertilité)

agression geobiologie

La seule solution santé : l’évitement

La fissure causée par une faille réapparaîtra nécessairement quelques années après son rebouchage, puisque la rayonnement gamma s’attaquera à l’enduit, de la même manière. De la même façon, le rayonnement gamma peut endommager l’électronique. De nombreuses pannes inexpliquées, parfois en série, se produisent ainsi à la verticale de discontinuités du sous-sol. Dans un tel cas, nous devons avoir le réflexe de changer de place l’appareil défectueux après réparation.
Ainsi, les failles souterraines réduisent les chances de survie des végétaux, lézardent les murs en désagrégeant le liant de la pierre mais peuvent affecter gravement la santé des humains.
Un géobiologue professionnel, en faisant l’étude de votre lieu d’habitation ou professionnel, pourra vous indiquer les zones neutres, à l’abri des failles (et de toute autre agression géobiologique) où vous pourrez séjournez en toute tranquillité. Sans risque pour votre santé.

Trouver un géobiologue